Nous contacter! Nos brochures Agenda

Actualités

13/01/2020

#InterviewAlumni – Lisa Humeau (BSB’2020) vous donne rendez-vous à la Maddy Keynote de Maddyness

Chef de projet événementiel à Maddyness

#InterviewAlumni – Lisa Humeau (BSB’2020) vous donne rendez-vous à la Maddy Keynote de Maddyness

Qui es-tu, avant d’être Chef de projet événementiel à Maddyness?

Je m’appelle Lisa, j’ai 24 ans et suis originaire d’Angers. Avant de rejoindre BSB, j’ai fait un DUT Techniques de Commercialisation.

Et sinon, tu fais quoi dans la vie… professionnellement?

Je suis donc chef de projet événementiel à Maddyness. En l’occurrence, j’organise pour nos clients des événements qui touchent à l’innovation, aux nouvelles technologies ou aux startups. La typologie des événements est très variée. L’organisation comprend ainsi la conception, la production, le conseil, l’animation et la scénarisation. Nous avons aussi notre propre événement, la Maddy Keynote, qui aura lieu les 30 et 31 janvier prochains à Paris. C’est une manifestation qui réunit plus de 10.000 acteurs de l’innovation autour de différentes thématiques, ayant la vocation d’apporter des clés de lecture pour comprendre l’économie de demain. Mais avant cela j’avais rejoint Maddyness en tant que chef de projet éditorial pour mon stage de fin d’étude. J’ai notamment eu l’occasion d’écrire des articles et de faire de la gestion de projet en brand content, c’est à dire pour du contenu sponsorisé par nos clients. La partie éditoriale, et donc la rédaction d’articles, était une grande nouveauté pour moi. Ayant un parcours d’étudiante en école de commerce je n’avais jamais vraiment fait ça. Et je suis très contente d’avoir été formée dans ces domaines, j’encourage sincèrement les étudiants qui ont un attrait pour le contenu éditorial à ne pas avoir peur de franchir le pas si l’opportunité se présente, c’est un vrai plus!

Un mot de ton parcours entre BSB et ton job actuel?

Si on m’avait posé la question il y a 4 ans, j’aurais été à mille lieux d’imaginer faire le job que je fais aujourd’hui! Je suis arrivée à l’école sans avoir de projet précis en tête. Alors comme beaucoup je m’imaginais travailler pour un grand groupe, et pourquoi pas en RH. Au final je me suis retrouvée dans l’univers des startups par pur hasard, à la suite d’un "échec". En effet, au début de mon année de césure, j’avais rejoint une entreprise pour mon premier stage de l’année, sur un poste d’assistante RH. Une très mauvaise expérience. Photocopies, mails à trier, lettres à poster, ou des courses Monoprix à faire… un quotidien qui laissait peu de place à ce pourquoi j’étais là: les RH. C’était assez humiliant, d’autant plus que cette année supplémentaire dans mon parcours était un choix. Or là j’avais plus l’impression de perdre mon temps. J’ai donc démissionné au bout de deux mois. Et puis un jour, en cherchant un autre stage, ma colocataire m’envoie une offre de stage "responsable communication et relations startups" dans un incubateur de startups. J’ai trouvé que ça avait l’air cool et j’ai eu la chance d’avoir le poste. Et ce stage a été génial! Grâce à cet échec, j’ai donc découvert l’univers dans lequel je voulais évoluer.

Si tu devais présenter Maddyness à un enfant?

Maddyness est un média en ligne qui a été créé en 2012 à Paris. Il se définit comme "le magazine de référence des entrepreneurs et des acteurs de l'innovation en France" et a pour ambition de faire rayonner l’écosystème entrepreneurial français. Autour du média – qui est en quelques sortes "la vitrine de l’entreprise" – on retrouve trois autres services: le pôle studio (Maddy Studio), le pôle événementiel (Maddy Event) et la plateforme de recrutement (Azerty Job). Le fait d’avoir plusieurs services permet à l’entreprise de proposer des offres complètes à ses clients: que ce soit pour les aider à communiquer sur leur politique d’innovation, à réaliser des vidéos, à créer un événement (ou les trois en même temps!), chaque équipe propose une expertise particulière.

La plus grosse difficulté que tu as vécue jusqu’ici avec Maddyness?

Je n’ai pas de moment précis en tête. Mais plus globalement, j’évolue dans un univers très "challengeant" où il faut savoir être multitâche, et toujours se remettre en question. C’est ce qui fait la difficulté du travail, mais c’est aussi ce qui fait que c’est super stimulant, et que j’apprends énormément de choses.

Un acteur du changement qui t’inspire?

Un exemple qui parle à beaucoup et qui représente une belle évolution en termes de lutte contre gaspillage alimentaire, c’est Too Good To Go. Aujourd’hui, l’utilisation de cette application s’est démocratisée dans les grandes et moyennes agglomérations. Les invendus du jour de certains restaurants et commerces sont vendus à prix cassés, au lieu d’être jetés. C’est une idée top, donc Lucie Basch, sa fondatrice, est un acteur du changement qui m’inspire.

Ta morning routine pour avoir l’énergie de changer les choses chaque jour?

Elle n’est pas vraiment exemplaire… Je suis plutôt de ceux qui "snooze" leur réveil jusqu’à ce que ce soit VRAIMENT le moment de se lever… Mais c’est une bonne idée de résolution 2020 du coup!

L’événement qui t’a donné envie de contribuer au changement?

Si je réponds "la Maddy Keynote", c’est un peu biaisé non? Ce n’est pas grave, je vais le dire quand même. Car finalement c’est un événement où tous ceux qui contribuent au changement se retrouvent (startups, corporates, médias et l’écosystème entrepreneurial en général), pour s’inspirer et construire le monde de demain.

Quel genre d’étudiante étais-tu?

J’aimais passer du temps avec mes amis, participer aux événements de l’école, et m’investir dans l’association du Bureau des Sports dont je faisais partie. Le parcours relativement classique de pas mal d’étudiants finalement.

Si tu pouvais revivre ta période étudiante, que ferais-tu autrement?

Rien!

Ta prochaine grande ambition?

Aucune idée. Je débute tout juste ma carrière, donc pour le moment j’essaye surtout d’apprendre un maximum avec mon travail. On verra un peu plus tard pour une des grandes ambitions.

Un conseil ou un message à donner à un étudiant de BSB?

Je ne suis pas sûre d’être suffisamment expérimentée et d’avoir assez de recul pour pouvoir donner de "grands conseils". Néanmoins, je peux peut-être simplement dire qu’à mon sens il est important de s’accorder le droit à l’échec. On fait partie d’une société qui juge assez durement celles et ceux qui se trompent. Et pourtant c’est quelque chose qui peut nous apprendre à mieux nous connaitre, à nous remettre en question, et à être meilleur par la suite.

Un dernier mot?

Maddyness grandit, il y a donc de nombreuses offres (stage et CDI) à pourvoir. N’hésitez pas à aller jeter un œil sur le site et à m’écrire si vous avez des questions, je serais ravie d’y répondre! Et sinon, bien sûr, je vous donne rendez-vous les 30 et 31 janvier 2020 pour la Maddy Keynote!

Plus d’info sur Maddyness:



< Retour à la liste des actualités


Newsletter