Actualités
29/10/2013

Bachelor à Lyon : entretien avec Jean-Christophe Cattane


 Rencontre avec le nouveau Directeur du campus lyonnais de l'ESC Dijon

entretien avec Jean-Christophe Cattane 

Jean-Christophe Cattane, vous prenez la tête du Bachelor de l'ESC Dijon installé à Lyon. Pourquoi lancer cette formation dans la capitale des Gaules et décider d'en prendre la direction ?

J’évolue depuis plus de 15 ans dans le milieu des Grandes Ecoles et j’ai notamment été responsable de différents Bachelor de l’ESC Saint-Etienne pendant de nombreuses années, dont un à l’international. Fort de cette expérience, j’ai trouvé que ce challenge de lancer un Bachelor à Lyon était une très belle idée et une excellente opportunité pour moi qui suis… lyonnais et qui connais bien justement le marché de la formation lyonnais.

Lyon est la deuxième ville étudiante de France avec plus de 120 000 étudiants et a une aura au niveau européen et mondial. On s’est aperçu qu’il y avait une vraie demande sur le bassin Rhône-Alpes pour des formations de haut niveau à Bac+3. Il y a donc une réelle logique pour le Bachelor Marketing & Business de l’ESC Dijon de s’y implanter, notamment pour répondre aux besoins des entreprises. Il s’agit du premier (et donc du seul, ce qui constitue un atout incontestable) programme de ce type implanté à Lyon qui soit rattaché à une Grande École de Management.

Il faut dire également que le Bachelor Marketing & Business existe à Dijon depuis 1994 et a fait ses preuves. Le programme compte aujourd’hui 105 élèves contre 40 en 2007, dont 20% d’internationaux, et ce pourcentage augmente chaque année, Le cursus s’est d’ailleurs très internationalisé depuis quelques années, et c’est aussi pour cela que la version lyonnaise est entièrement anglophone et permet d’obtenir un Double Diplôme international, accessible de surcroit à tous les étudiants.

En tout cas nous voulons capitaliser sur ce savoir-faire, grâce notamment au travail en profondeur d’Aleth Montuelle, la responsable du programme dijonnais, avec laquelle je travaille main dans la main pour le développement du Bachelor sur Lyon.

 

Pourquoi ce diplôme se développe-t-il fortement et quels sont ses points forts ?

Une des raisons principales est que certaines entreprises renoncent à recruter aujourd’hui des Bac+5, qui ne sont pas toujours opérationnels. Les Bac+3 correspondent aux profils recherchés par les entreprises car ils ont une bonne maîtrise des langues, réalisent des stages et savent s’adapter. Et ont surtout des prétentions salariales moindres.

Paradoxalement, leurs salaires évoluent plus rapidement que ceux des Bac+5. Il ne faut pas caricaturer, mais la crise fait que les entreprises regardent encore plus la valeur ajoutée d’un diplôme et le retour sur investissement... à court terme. Certaines PME réfléchissent avant de recruter des Bac+5, car les Bac+3 sont souvent tout aussi performants, même si elles ont de plus en plus tendance à mixer les deux types de profils.

Parmi les autres points forts de ce programme, il faut noter la lisibilité de son format au niveau européen, son fonctionnement dans la logique d’une Grande Ecole de Management, avec beaucoup de stages et de séjours à l'étranger, en entreprise et en université, et aussi un corps enseignant de haut niveau car justement rattaché à l’ESC. Le mix là aussi est intéressant pour l’étudiant, entre un enseignant-chercheur de haute volée qui va lui enseigner le marketing ou la compta, et un avocat de stature internationale qui lui enseigne le droit. Le niveau académique n'en est que meilleur !

Mais je dirais que le véritable atout de ce diplôme généraliste est d’offrir un vaste choix de sortie puisqu’il prépare aussi bien aux concours pour une poursuite d’études qu’à l’entrée sur le marché du travail. Les débouchés sont possibles en petite ou en grande entreprise, dans n’importe quel secteur d’activité : grande distribution, banque, assurances dans des fonctions commerciales, mais aussi la comptabilité, l’audit, la finance ou dans les RH.

 

A qui s’adresse le Bachelor et comment l’intègre-t-on ?

Le programme s’adresse à tous les bacheliers (concours oblige !), et notamment aux bacheliers issus de sections européennes, avec un bon niveau d’anglais, ou aux étudiants qui souhaitent tout simplement mettre l’anglais au cœur de leur formation. Sur les trois ans de cursus, chacun peut construire son parcours en combinant cours enseignés uniquement en anglais (marketing, comptabilité, droit, économie, management, etc.), projet professionnel, séjour d'études à l'étranger, double diplôme, stages en entreprise, etc.

Nous recherchons des étudiants motivés, qui auront la capacité d’intégrer à terme la fonction de manager. Il faut également qu’ils aient la fibre internationale : un Bachelor comme le nôtre enseigne ainsi jusqu'à 3 langues étrangères, dont des langues plus rares en LV3 (russe, chinois, japonais, arabe, etc.)

L’admission en 1ère année du Bachelor se fait sur concours dans le cadre de la banque commune d’épreuves Atout+3. Cette dernière réunit huit Grandes Écoles de Management délivrant un diplôme Bachelor, dont Audencia ou Grenoble École de Management. Atout+3 vient d’intégrer Admission Post-Bac (APB) pour l’année 2013/2014, un portail incontournable pour les inscriptions en 1ère année d’études supérieures, ce qui lui offre encore une meilleure lisibilité auprès des 750 000 bacheliers.

Le concours se déroule en deux temps. D’abord les épreuves écrites, avec synthèse, logique et ouverture sur le monde, anglais et LV2. Puis les épreuves orales, avec entretien individuel et anglais. Je dirais ici que chacun a sa chance, mais que la motivation et la personnalité de l'étudiant sont au cœur de cet entretien, lui permettant de révéler qui il est et ce qu’il sera capable d’être une fois diplômé.

 

Deux mois après la rentrée, pouvez-vous déjà dresser un premier bilan ?

Même s'il est un peu tôt pour le faire, force est de constater que cette première promo s’est approprié avec enthousiasme la nouvelle formation et le nouveau campus ! Le groupe évolue dans une ambiance très « business » au cœur du quartier de la Part-Dieu, avec toutes les facilités qui suivent (accès, restauration, centre commercial, bibliothèque à 2 minutes, etc.). Rendez-vous est déjà pris pour eux sur les prochains salons lyonnais les 9 et 16 novembre, sur lesquels ils devraient largement faire partager leur enthousiasme !