Actualités
01/01/2011

Le Bachelor, c'est du sport !


Trois élèves en Filière Artistes et Sportifs de haut-niveau livrent leur témoignage

Appoline Tissot, Baptiste Mullot et Antoine Sylvestre

Appoline Tissot, Baptiste Mullot et Antoine Sylvestre ont intégré la première promotion du Bachelor Marketing & Business en septembre dernier. Ce sont des pionniers car la formation est le premier programme réalisé en commun par le Burgundy School of Business avec Oxford Brookes University Business School dans le cadre de leur alliance stratégique globale.

Mais ces trois jeunes gens sont pionniers à double-titre puisqu'ils suivent le Bachelor au sein de la Filière Artistes et Sportifs de haut-niveau, qui est aussi une nouveauté cette année. Elle permet aux élèves de conjuguer leurs études et leur passion grâce notamment à des horaires de cours aménagés.

A 19 ans, Appoline pratique le cheerleading depuis quatre ans au club des Dijon Cheerleaders. Ce sport importé des États-Unis, et plus particulièrement des universités américaines, réunit trois disciplines : la gymnastique, la danse et les portés. « C'est un vrai sport !, prévient-elle. Il ne faut pas confondre cheerleaders et pom-pom girls : ces dernières ne font que des animations. Dans le cheerleading, il y a beaucoup d'entrainement, c'est très physique. J'aime d'ailleurs que ce soit très intensif. Je m'entraine au minimum 5 heures par semaine. J'ai fait de la danse pendant onze ans donc je ne suis pas complètement dépaysée, mais j'apprécie particulièrement l'aspect dangereux des portés et de la gym. En fin de saison, notre équipe participe à des compétitions nationales officielles au cours desquelles des jurys évaluent nos performances contre une vingtaine d'autres formations. »

De leur côté, Baptiste et Antoine jouent au football américain, autre importation du nouveau monde, depuis l'âge de 15 ans chez les Besançon Bisons. « Lorsqu'on est arrivé au club en septembre 2007, indique Baptiste, en section jeune on ne pouvait jouer qu'en flag, des oppositions de 5 contre 5 sur petit terrain, car nous n'étions pas assez nombreux. Comme nous voulions absolument faire du football américain, Antoine et moi ainsi que les deux autres fondateurs de l'équipe junior, nous nous sommes démenés dans la ville pour recruter du monde, à coup de campagnes d'affichage, de distributions de flyers et d'animation d'un blog. En trois mois, soixante personnes nous ont rejoints ! »

Fort de ce succès, une équipe junior de football américain voit le jour et le club progresse, pour compter aujourd'hui plus de 120 licenciés. Nos deux jeunes progressent également, faisant partie à la fois de l'équipe sénior et de l'équipe junior. Antoine, capitaine de défense, occupe le poste delinebacker : « Le but est de faire peur à l'adversaire ! Le contact et l'aspect physique me plaisent beaucoup. Il faut être réactif aux attaques, prendre des décisions rapides selon les situations et faire preuve d'instinct. » Baptiste est lui capitaine de l'équipe et quarterback : « Ce qui me plait surtout dans ce sport, c'est l'aspect stratégique. On ne dirait peut-être pas, mais le football américain est éminemment tactique et j'aime notamment étudier les systèmes des adversaires. Mon poste de quarterback me permet d'être à la construction du jeu et me donne également un rôle de meneur que j'aime assumer. »

Et les études dans tout ça ? Chacun s'est orienté vers le Bachelor Marketing & Business du Burgundy School of Business pour justement pouvoir continuer le sport à un bon niveau, tout en bénéficiant d'une formation de haut niveau elle aussi. « C'est vrai, cette possibilité a été un gros plus au moment du choix, précise Appoline, mais ce qui m'a surtout marqué, c'est l'oral. L'accueil a été formidable : chaque candidat est encadré par un élève de première année ; cela est très rassurant et permet de faire baisser le stress. » Et Baptiste de renchérir : « L'accueil lors des oraux est certainement le gros plus de l'ESC Dijon. Mais je n'oublie pas également l'importance des Journées Portes Ouvertes et de préparation, au cours desquels des profs présentent l'école et les épreuves du concours, ce qui est vraiment très utile. Et puis les échos qu'on peut recueillir de la part des élèves qui suivent la formation jouent une bonne part dans la décision. »

Venant de Dijon pour l'une et de Besançon pour les autres, la proximité de la formation représente aussi un intérêt non négligeable pour pouvoir assurer cette « vie double ». « Cette Filière Artistes et Sportifs de haut-niveau est vraiment une opportunité géniale, s'enthousiasme Appoline. C'est super de pouvoir concilier son activité sportive, qui est assez exigeante, avec une formation d'excellence en commerce. Cet aménagement horaire nous facilite bien la vie ! » Les garçons, très impliqués dans leur club, abondent en ce sens. Baptiste : « J'étais vraiment dans une optique sportive, c'est pour cela que j'ai donné ma priorité au Bachelor de l'ESC Dijon, autrement je serais allé en STAPS. » Antoine : « Dans ma tête je privilégiais les études, mais je suis justement comblé de pouvoir suivre de « vraies études » en continuant le sport à un niveau élevé. »

La suite ? Appoline souhaite poursuivre le Bachelor en filière anglophone et passer une année à l'étranger, sur le campus du partenaire d'Oxford Brookes University Business School. Antoine, qui aimerait travailler plus tard dans le commerce international, a lui aussi l'intention de partir à l'étranger, quitte à mettre momentanément entre parenthèse le football américain. « Au moins baisser le rythme car il m'est impossible d'arrêter complètement le sport, cela participe trop partie de mon équilibre. » Pour Baptiste, pas encore de certitude d'orientation professionnelle, mais une vraie ambition à court terme : « Cette année, on vise le titre de champions de France junior de football américain ! »

Avec le corps, l'esprit et de tels tempéraments, ces jeunes gens peuvent voir loin !