Actualités
10/02/2016

Sofia Benazzouz (MGE 2015)


« Aujourd’hui commercial export, je fais exactement ce que je voulais faire ! »

Originaire de Casablanca, j’y ai débuté mes études supérieures, d’abord en classe préparatoire économique, puis en intégrant l’ISCAE (Institut Supérieur de Commerce et d’Administration des Entreprises), réputé comme étant la meilleure école de commerce en Afrique. Cette institution possède des conventions avec un certain nombre debusiness schools prestigieuses ; chaque année une sélection des meilleurs élèves y est envoyée avec le privilège de ne pas payer les frais de scolarité.
 
J’ai eu le bonheur d’être sélectionnée et parmi les établissements prestigieux auxquels j’avais accès, j’ai fait le choix de l’ESC Dijon pour plusieurs raisons : d’abord je voulais étudier plus avant le marketing et la communication, et des amis qui avaient suivi la formation ici m’en ont fait l’éloge ; et puis je voulais aller en France, mais ne tenais pas à me retrouver dans une ville trop grande : Dijon me semblait idéale pour m’épanouir.
 
Je suis donc rentrée en Master 1 du Master Grande Ecole (MGE), c’est-à-dire en 4e année du programme, pour y suivre en particulier des spécialités marketing, puis marketing/vente/communication. J’ai réalisé un stage au Maroc dans ce domaine après ma première année à Dijon, puis par la suite un autre stage dans une agence événementielle à Dijon, autant d’expériences qui ont contribué à façonner mon projet futur.
 
« J’ai trouvé tout de suite le job que je voulais ! »
 
J’ai aussi vraiment apprécié la vie à l’École, notamment mon engagement au sein du Bureau des Arts et de la troupe de théâtre d’improvisation. Je garde un fabuleux souvenir de notre voyage à Barcelone, pour un événement réunissant des dizaines d’écoles européennes sur les thématiques artistiques. Le genre d’aventure formidable pour faciliter l’intégration.
 
Aujourd’hui et depuis l’été 2015, je suis commercial export. Non seulement je fais exactement ce que je voulais faire, mais j’ai eu mon job directement après ma sortie de l’École, je n’ai même pas cherché une semaine ! Je travaille au sein de l’entreprise Easylamps, à Paris, qui est leader en Europe pour les solutions interactives. Il peut s’agir de tableaux interactifs, toutes ces nouvelles technologies qui font leur apparition dans les salles de classe, ou encore les nouvelles générations de vidéoprojecteurs.
 
Étant trilingue, je m’occupe des zones francophones et arabophones. Je me déplace en moyenne deux jours par mois à l’étranger. Mes clients sont principalement les revendeurs et les entreprises spécialisées dans les produits informatiques.
 
Mes projets ? Je compte continuer en tant que cadre commercial export pendant au moins deux ans, puis j’ai l’objectif de lancer ma propre boite spécialisée dans l’événementiel d’entreprise. Ce sera alors l’occasion pour moi de retourner au Maroc pour développer ce projet. C’était de toute façon mon intention dès le départ : faire mon expérience en France avant de revenir travailler dans mon pays.