Actualités
04/05/2016

Charles-Alban de la Fournière (Bachelor 2009, MGE 2011)


« Réparer pour faire la chasse au gaspi »

« J'ai intégré le Bachelor de l’ESC Dijon en 2006, à l'époque où il s’appelait encore ACI – pour Académie Commerciale Internationale –, puis j'ai poursuivi avec un Master anglophone en apprentissage après avoir passé le concours Passerelle 2. Je garde d’excellents souvenirs de l’École, dont beaucoup donnent le sourire – je pense par exemple au weekend d’intégration ou à la campagne BDE –, mais plus sérieusement, ce sont surtout des rencontres avec des professeurs comme Patrice Piccardi ou Lionel Cévaër qui m'ont donné envie de passer de l'idée à la création d'entreprise.

L’idée, je l’ai eu suite à un incident avec ma machine à laver… J’ai constaté qu'il était difficile de trouver un réparateur et surtout un BON réparateur. De nature économe, j’ai remarqué que la plupart des gens, moi y compris, gaspillons de l'argent en jetant trop rapidement nos appareils au lieu de les réparer. Avec deux amis de l’École et grâce à notre intégration au sein de l’incubateur de l’ESC Dijon, nous avons donc élaboré le concept RepAdvisor : proposer une plateforme qui réunisse et mette en valeur les bons réparateurs de France, pour des produits électroménagers, HIFI, informatiques ou smartphones.

Une appli contre l’obsolescence programmée

Grace à notre site et bientôt une application gratuite, les services proposés par les réparateurs sont mis en avant ainsi que leur proximité, tandis que le client peut donner son avis et noter les prestataires. Le savoir-faire des bons réparateurs est enfin reconnu. Au-delà de l’aspect pratique, il y a une vraie dimension écologique puisqu’une seconde vie est donnée aux objets électroniques. Notre innovation va dans le sens de la loi Hamon qui cherche à lutter contre l’obsolescence programmée. Nous sommes intimement convaincus que RepAdvisor va ainsi contribuer à réduire le gaspillage et les déchets électroniques.

Aujourd’hui, je suis à 200% dans le projet RepAdvisor, au sein duquel j’ai un rôle de DAF et de Directeur Commercial. C’est un challenge passionnant que de contribuer au développement d’une startup responsable. En réhabilitant la réparation en France, nous avons le sentiment d’être véritablement utiles pour la société. »