Actualités
29/06/2016

Alexis Lamia (1ère année Bachelor)


« Un stage à l’étranger bénéfique professionnellement et linguistiquement »

 

« J’effectue mon stage de 1ère année de Bachelor en Espagne, plus précisément à la réception d’un hôtel à Lanzarote, aux îles Canaries. Pour moi, effectuer un stage à l’étranger est doublement bénéfique.

D’abord, je profite d’une expérience professionnelle de 3 mois, ce qui n’est pas négligeable sur un CV. Je pense de plus qu’un stage à l’étranger est le gage d’une certaine autonomie, tant personnelle que professionnelle, qui à mon sens peut être valorisante auprès d’un employeur. Car débuter un nouveau travail dans un nouveau pays relève d’un double apprentissage, surtout si le pays dans lequel on part nous est encore un peu abstrait…

Le second point positif, c’est qu’en plus de cette découverte du monde professionnel, je profite d’un apprentissage constant des langues que j’étudie au cours de mes études, en l’occurrence la mise en pratique du vocabulaire de l’entreprise appris cette année en anglais et en espagnol, car j’ai actuellement la chance de travailler avec une équipe internationale au service d’une clientèle elle aussi internationale.

Saisir l’opportunité de partir à l’étranger !

Si chaque poste met en avant des compétences distinctes, l’étranger leur apporte une perception totalement différente en fonction du pays où il est occupé. Pour ma part, j’ai pu découvrir que les besoins et caractéristiques des clients diffèrent en fonction de leur pays d’origine, ce que je n’aurais peut-être pas réalisé en restant en France.

Si j’avais un conseil à donner aux futurs élèves du Bachelor qui hésiteraient à vivre ce genre de challenge, ce serait de ne pas manquer l’opportunité de partir à l’étranger si elle se présente ! Il faut savoir saisir l’occasion le moment venu, car elle ne se représentera peut-être pas aussi facilement à l’avenir.

Certains pourraient être effrayés par le fait de partir 3 mois, tout comme moi avant mon départ, seulement je les invite à relativiser ce que « coûtent » 3 mois dans une vie par rapport à tout ce que cette expérience apporte. Quelle qu’elle soit, il y aura toujours quelque chose de positif à la clé. De mon côté, je trouve que le jeu en vaut grandement la chandelle. »